Sandra Joseph Veuve

Associée

Contact
hc.ni1544847558weulb1544847558@hpes1544847558oj.s1544847558
Tél: +41 32 725 77 78
Fax: +41 32 721 46 18
2, rue du Concert, Case postale 2244
CH-2001 Neuchâtel

 

 

 

BARREAU

Admission au rôle officiel du barreau de Neuchâtel, 2001.

Langues de travail

    • Français

Sandra Joseph Veuve parle l’allemand et se débrouille en suisse-allemand

Domaines d’activités

Sandra Joseph Veuve pratique le conseil et la défense d’intérêts dans le cadre des domaines suivants :

  • Droit pénal
  • Droit civil :
    • des personnes et de la famille
    • des contrats
    • commercial
    • bail
    • travail
    • responsabilité
    • exécution forcée
  • Droit administratif :
    • des étrangers
    • fiscal
    • santé

Les honoraires sont fixés lors du premier entretien selon un tarif horaire déterminé par :

    • les capacités financières du client
    • le temps consacré à l’exécution du mandat,
    • les difficultés et des délais d’exécution de celui-ci,
    • l’importance des intérêts en cause,
    • le résultat obtenu
    • l’expérience de l’avocate

L’Etude de Me Sandra Joseph Veuve vous renseignera régulièrement en toute transparence sur l’évolution de vos honoraires.

Sandra Joseph Veuve est née en 1970 en Suisse. Elle a suivi des études en droit à l’Université de Neuchâtel.

Dès l’obtention de son brevet d’avocate en 2001, elle s’est installée comme avocate indépendante à La Chaux-de-Fonds.

MEDIATION

Sandra Joseph a élargi son champs professionnel par une formation de médiatrice généraliste achevée en 2011 et est reconnue par la fédération suisse des médiateurs (www.infomediation.ch). Elle s’est ensuite formée en médiation familiale et médiation parents-adolescents et a obtenu son diplôme au GPM (Groupement Pro Médiation) au début de l’année 2013.

Pour des informations plus spécifiques sur la médiation familiale, vous pouvez consulter le site du centre neuchâtelois de médiation familiale www.cnmf.ch.

Qu’est-ce que la médiation?

La médiation est un mode de résolution des conflits; une manière plus responsable d’appréhender un conflit.

Le médiateur est un tiers neutre, indépendant et impartial qui est choisi par les parties. Il ne joue pas le rôle d’un juge ou d’un arbitre: il ne tranche pas le conflit qui oppose les parties, il n’impose pas sa décision.

Il va prendre le temps d’écouter les parties, leur point de vue, leurs arguments, et par l’utilisation de techniques de communication, il va aider les personnes à trouver un terrain d’entente, une solution à leur litige. Il va les aider à formaliser l’accord ainsi obtenu.

La médiation offre de multiples avantages :

    1. une solution plus rapide du litige
    2. une solution dans laquelle chacun se sentira reconnu dans ses droits, une solution dans laquelle il n’y a pas ni gagnant ni perdant.
    3. une réduction de la tension entre les parties qui vont ensemble tenter de trouver une solution à l’amiable dans l’intérêt réciproque de chacun et le cas échéant elles se ménageront ainsi la possibilité de poursuivre encore des relations entre elles.
    4. la possibilité d’éviter la procédure judiciaire, sa lenteur, son coût, ses inconnues et ses aléas.

Pendant le processus de médiation chacun pourra librement exprimer son point de vue, ses arguments, et le médiateur veillera à ce que chacune des parties soit respectée et entendue par l’autre.

Une fois que chacune des parties aura pu ainsi s’exprimer librement et complètement, le médiateur dirigera le processus d’échange entre les parties en tentant de rechercher les points de convergence et les points de divergence.

Lorsque le médiateur constate qu’un accord peut intervenir, il va reformuler les termes sur lesquels les parties s’entendent et ce afin d’éviter les éventuels malentendus. Lorsque l’accord est complet, il est consigné par écrit et est ensuite signé par les parties et le médiateur.

Si, malheureusement, aucun accord n’a pu être dégagé malgré les efforts du médiateur, il va de soi que tout ce qui aura été dit en médiation restera confidentiel et que les éventuelles concessions consenties par les uns et les autres en vue de tenter de trouver un accord ne pourront être évoquées dans le cadre d’une procédure judiciaire classique.

Si les statistiques démontrent que la grande majorité des médiations aboutissent à un accord, il serait faux de croire que les parties auront perdu leur temps en cas de non accord, il y a toujours des changements positifs dans les relations entre les parties et un accord survient parfois ultérieurement. Si le litige est ensuite soumis à la procédure judiciaire, il est souvent nettement plus limité, plus rapidement solutionné.

La médiation s’exerce dans tous les champs: relations familiales, travail, bail, conflits de voisinage,pénal…